Moyens de déplacement – En auto

Conduite de nuit en auto : adoptez des pratiques sécuritaires

La conduite de nuit augmente les risques d'accident. Visibilité réduite, éblouissement, fatigue : mieux vaut adapter nos habitudes et adopter de bonnes pratiques pour assurer notre sécurité et celle des autres.

Conduire la nuit : moins de circulation, mais plus de difficultés

Plusieurs facteurs contribuent à compliquer la conduite nocturne. Les principaux concernent :

  • le conducteur, plus spécialement sa vision
  • le véhicule, plus spécialement la portée des phares
  • l'environnement de conduite, plus spécialement les obstacles de dernière minute

En ce qui concerne le conducteur

La nuit, la vision est affectée par la diminution de l'éclairage naturel. Les phares ne réussissent pas à compenser l'absence de la lumière du jour. Les contrastes sont diminués, ce qui modifie la perception de la profondeur et du mouvement. Ainsi :

  • les objets éclairés par les phares perdent en partie leurs couleurs
  • les mouvements sont plus difficiles à percevoir
  • les objets fixes disparaissent dans l'obscurité, ce qui rend difficile l'évaluation des distances
  • les obstacles risquent d'être perçus trop tard

Pour bien « lire la route », il faut donc regarder plus loin que la portée des phares. Il faut aussi adopter des stratégies propres à la conduite de nuit :

  • réduire sa vitesse – l'obscurité réduit le champ de vision du conducteur
  • augmenter la distance avec le véhicule qui précède – la nuit, il est plus difficile de juger des distances
  • garder le pare-brise propre et en bon état – un pare-brise sale ou fissuré réduit la visibilité

En ce qui concerne le véhicule

Les phares

  • Les feux de croisement (les « basses ») ont une portée de 45 mètres à 70 ou 75 mètres.
  • Les feux de route (les « hautes ») ont une portée maximum de 150 mètres.

Avec des phares propres et bien réglés, c'est beaucoup mieux

La lumière émise par les phares doit assurer une bonne visibilité, autant pour le conducteur que pour les autres véhicules, c'est pourquoi il faut veiller à ce que les phares et les feux soient propres et fonctionnent bien.

Information utile

Ne pas éblouir les autres conducteurs. C'est la loi!

Il est obligatoire de diminuer l'intensité de ses feux au moins 150 mètres :

  • avant de croiser un autre véhicule
  • lorsqu'on suit un autre véhicule
  • lorsque l'éclairage de la voie publique est suffisant, par exemple en ville ou sur une autoroute bien fréquentée

Si on ne respecte pas la loi, l'amende est de 60 $ à 100 $, plus les frais.

Les feux arrière

Ce sont les feux arrière qui permettent aux véhicules qui vous suivent de bien vous repérer. Il est important que ces feux soient fonctionnels et bien dégagés.

Tableau de bord et autres lumières intérieures

À l'exception de celles du tableau de bord, toutes les autres lumières qui se trouvent dans l'habitacle du véhicule doivent être éteintes pour éviter les risques d'éblouissement.

Quant à la luminosité du tableau de bord, en ville, elle peut être réglée à une plus forte intensité. Sur une route peu ou non éclairée, le conducteur peut utiliser une intensité plus faible. Il est conseillé de la régler au minimum, pour ne pas fatiguer les yeux.

En ce qui concerne la conduite nocturne

La seule façon de conduire prudemment la nuit est de réduire sa vitesse.

Attention aux animaux!

En certains lieux, une signalisation avise les conducteurs de la possible présence d'animaux sauvages. Mais d'autres secteurs comptent des animaux sauvages sans avoir de signalisation particulière. Il faut être vigilant en tout temps. Réduisez votre vitesse.

Éblouissement causé par les autres véhicules

  • Pour éviter l'éblouissement en croisant un véhicule, regardez le côté droit de la route. Ne regardez pas les feux des véhicules qui arrivent en face.
  • Ralentissez si les phares sont trop aveuglants.
  • Renoncez à un dépassement en cas de doute. La nuit, un véhicule qui arrive en face semble plus loin qu'il ne l'est.
Information utile

Si vous conduisez la nuit

Faites une pause toutes les 2 heures pour contrer les effets de la fatigue au volant.