Clientèles

Conducteurs aînés – le saviez-vous?

Les statistiques font tomber certains préjugés à l'endroit des conducteurs âgés de 65 ans ou plus. En voici quelques-unes.

Les conducteurs de 65 ans ou plus sont proportionnellement moins impliqués dans les accidents de la route

En 2020, 1 1244 706 titulaires de permis de conduire étaient âgés de 65 ans ou plus, soit 22 % de tous les titulaires de permis. Pourtant, ils ne représentent que 12 % des conducteurs impliqués dans les accidents avec dommages corporels.

Des chiffres pour le prouver

De 2016 à 2020, chaque année, en moyenne :

  • 88 conducteurs âgés de 65 ans ou plus ont été impliqués dans un accident mortel, soit 16 % de tous les conducteurs impliqués dans ces accidents
  • 207 conducteurs âgés de 65 ans ou plus ont été impliqués dans un accident avec blessés graves, soit 12 % de tous les conducteurs impliqués dans ces accidents
  • 4 814 conducteurs âgés de 65 ans ou plus ont été impliqués dans un accident avec blessés légers, soit 12 % de tous les conducteurs impliqués dans ces accidents

En comparaison, en 2020, les conducteurs de 16 à 24 ans étaient impliqués dans 19 % des accidents avec dommages corporels alors qu'ils ne sont titulaires que de 8 % des permis de conduire.

Les accidents chez les conducteurs de 65 ans ou plus

Les conducteurs âgés de 65 ans ou plus ont un taux d'accidents avec dommages corporels inférieur, en proportion, à celui de l'ensemble des titulaires de permis de conduire. Une proportion importante des accidents impliquant des conducteurs âgés a lieu en milieu urbain et à des intersections.

Lors d'un accident, les personnes âgées de 65 ans ou plus sont plus susceptibles de subir des blessures mortelles ou de conserver de lourdes séquelles, étant donné leur plus grande vulnérabilité physiologique.

L'inattention

Le vieillissement normal implique une diminution de la capacité à demeurer concentré et à faire preuve d'attention partagée en présence de plusieurs stimuli. Ainsi, 43 % des accidents mortels et 61 % des accidents avec blessures impliquant des conducteurs âgés mettent en cause l'inattention ou la distraction. 

Les médicaments et l'alcool

La polymédication est en augmentation et elle est fortement associée à l’âge. Ainsi, de 7 % chez les 15 à 24 ans, le pourcentage de Canadiens prenant plus d’un médicament passe à 70 % chez les personnes âgées de 65 à 79 ans. Par ailleurs, 25 % des personnes de ce groupe d’âge consomment plus de 10 médicaments. Au Québec, ce pourcentage grimpe à 33 %. Or, l’usage simultané de plusieurs médicaments, ou la combinaison de médicaments et d’alcool, même en faible quantité, augmentent considérablement les risques pour la sécurité routière. Les médicaments disponibles en vente libre ne font pas exception.

 Il faut également savoir que le vieillissement entraîne une diminution de la tolérance à l’alcool; ainsi, la même quantité consommée aura des effets plus importants sur les facultés nécessaires pour conduire.

Important : la vue!

La grande majorité des informations dont un conducteur a besoin pour conduire de façon sécuritaire passent par les yeux.

On observe chez les aînés :

  • une période d'adaptation plus longue aux changements de la luminosité
  • une diminution de la sensibilité aux contrastes
  • une diminution de la vision

Forte croissance du nombre de conducteurs âgés

De 2016 à 2020, le nombre de titulaires de permis de conduire âgés de 65 ans ou plus a augmenté de 19 %, comparativement à 3 % pour l'ensemble des titulaires de permis.

Aujourd'hui, les conducteurs âgés de 65 ans ou plus représentent près de 1,2 million de titulaires sur les 5,5 millions de titulaires du Québec.

Le nombre de titulaires de permis de conduire de 65 ans ou plus devrait passer à environ 1,5 million en 2030, considérant que le quart de la population du Québec sera alors dans cette catégorie d'âge.

Les accidents de la route impliquant des aînés : pas toujours quand on s'y attend le plus

Les accidents qui impliquent les conducteurs âgés surviennent généralement dans des conditions favorables à la conduite – le jour, par temps clair, sur une surface sèche et en bon état. C'est dans ces conditions que les conducteurs âgés préfèrent conduire.

UN VÉHICULE, ça s'adapte!

Si vous souffrez d'un handicap, un ergothérapeute peut vous aider à compenser certaines limitations physiques en recommandant de faire adapter votre véhicule. Par exemple, vous pourriez faire installer :

  • une boule sur votre volant
  • un accélérateur à gauche

Pour plus de détails, consultez notre section Adaptation ou achat d'un véhicule.

Dernière modification : 25 juin 2021