Recherche

Véhicules lourds et sécurité routière : analyse des mesures coercitives et préventives sur les comportements des propriétaires, exploitants et conducteurs de véhicules lourds et évaluation de leurs effets sur la sécurité routière

Véhicules lourds et sécurité routière au Québec : ce qui roule et ce qui grince!

« Au Québec, plus de 90 % des marchandises échangées sont véhiculées par les véhicules lourds (VL). Ce faisant, les VL dégradent fortement les routes, occasionnent des accidents mortels, encombrent la circulation, sans compter le fait qu’ils génèrent plus de 25 % des émissions de CO2 du Québec (changements climatiques). Constituant 2,5 % du parc automobile, les VL sont impliqués dans 10 % des accidents routiers et presque 20 % des accidents mortels. C’est dans ce cadre que le Québec a mis en place un ensemble de mesures visant les propriétaires, exploitants et conducteurs de véhicules lourds.

Une recherche évaluative subventionnée dans le cadre d’une Action concertée (FQRSC-SAAQ) a été menée par une équipe d’universitaires afin d’évaluer l’impact de ces mesures sur les comportements, attitudes et perceptions des acteurs concernés, et ce, à partir de deux sondages impliquant plus de 2 400 répondants (1 050 conducteurs, 1 250 propriétaires et exploitants et une centaine d’autres partenaires rencontrés en entrevues). La marge d’erreur est de 2,8 %, 19 fois sur 20.

La recherche se propose de comprendre davantage l’efficacité et les effets des mesures instaurées, qu’elles soient coercitives ou préventives. Les résultats démontrent l’importance de la complémentarité des mesures (coercitives, informatives, réglementaires, etc.) et que ces mesures ne sont pas perçues, respectées ou appréciées de la même façon selon les acteurs.

Les conducteurs des VL (CVL) sont plus sévères dans leur évaluation de ces mesures que les propriétaires et exploitants des VL (PEVL). Des appréciations très contrastées sont constatées au sujet des perceptions d’influence, de sévérité et d’efficacité des mesures instituées. Une frange variable de CVL avoue ne pas respecter certaines des mesures : limiteur de vitesse, heures de repos, vérifications requises, etc. Plus nuancés, les PEVL appuient les mesures, même s’ils ne sont pas totalement satisfaits de la sévérité de certaines d’entre elles. La recherche démontre la pertinence des politiques publiques visant les VL et recommande une mise à jour régulière des mesures et davantage de modulation tenant compte notamment des pressions grandissantes qui pèsent sur l’industrie du camionnage (rentabilité, productivité, roulement de CVL, parc vieillissant, etc.). »

Chercheur principal – Lauréat

Moktar Lamari – École nationale d’administration publique (ENAP)

Montants accordés 

  • 2012-2013 : 46 872 $ 
  • 2013-2014 : 47 271 $ 
  • 2014-2015 : 49 216 $

Dépôt du rapport final prévu : 1er avril 2016