Recherche

Mort versus Ostracisme : deux stratégies de communication du risque vers les jeunes conducteurs québécois

« Titulaires de 10 % des permis de conduire au Québec, les jeunes de 16 à 24 ans sont responsables de 23 % des accidents avec dommages corporels. Dans la majorité des cas, c’est la vitesse qui est en cause. Mais qu’est-ce qui peut expliquer un tel comportement? 

En nous basant sur d’autres recherches menées dans des domaines proches tels que le tabagisme, l’alcoolisme ou la violence chez les jeunes, nous avons mis en évidence que les messages véhiculés par les médias pouvaient être en partie responsables. En effet, notre recherche montre que les films valorisant la conduite à risque amènent les jeunes conducteurs et notamment les plus enclins à prendre des risques au volant, à développer une image positive des conducteurs imprudents et une attitude plus positive envers la vitesse.

La partie réalisée en laboratoire et sur simulateur de conduite met en évidence que les jeux vidéo de type « racing game » peuvent inciter encore davantage les jeunes les plus à risque à conduire dangereusement. Nous montrons également que les films comportant des scènes de vitesse agissent de façon inconsciente et quasi instantanée sur le comportement des jeunes conducteurs les plus sécuritaires. Nous observons en effet que des jeunes ayant été pré-identifiés en tant que conducteurs prudents ont un nombre d’accidents significativement plus élevé sur le simulateur de conduite lorsqu’ils ont été exposés à des scènes du film Fast and Furious que dans le cas contraire. 

Ce projet de recherche visait également à développer des outils de prévention mieux adaptés. Nous mettons en avant que l’utilisation de la menace physique (mort, handicap) dans l’élaboration des messages préventifs est rarement une bonne stratégie auprès de la cible des jeunes conducteurs. L’utilisation d’une menace sociale (par exemple ostracisme, rejet ou dénigrement) semble mieux adaptée à cette cible particulière. »

Chercheur principal – Lauréat

François Bellavance – HEC Montréal 

Montants accordés

  • 2011-2012 : 69 438 $
  • 2012-2013 : 70 056 $ 

Dépôt du rapport final : 20 août 2014