Recherche

Devrait-on cibler tous les individus souffrant d’apnée du sommeil comme étant des conducteurs à risque élevé : Un profil de risque comportemental et psychologique

« De nombreuses études ont identifié la somnolence comme étant une cause d’accidents routiers, et l’apnée du sommeil comme une condition prévalente et potentiellement dangereuse en conduite automobile. Toutefois, la somnolence n’est pas une caractéristique commune à toutes les personnes atteintes d’apnée du sommeil, et d’autres symptômes peuvent se manifester, tels que la fatigue. Cette étude visait principalement à vérifier si tous les individus atteints d’apnée du sommeil devraient être ciblés comme étant des conducteurs à risque élevé.

Nos résultats ont montré qu’il existait une variabilité importante parmi les individus atteints d’apnée du sommeil, et nous n’avons pu identifier un profil de risque en fonction des variables suivantes : l’âge, la durée de sommeil, le niveau de somnolence, la qualité de vie, l’état psychologique. Au sein de notre échantillon, la grande majorité des individus souffrant d’apnée du sommeil n’a pas été impliquée dans un accident routier au cours des cinq dernières années. De même, parmi ces individus, la somnolence est peu associée aux infractions au Code de la sécurité routière ou aux performances lors d’une tâche sur simulateur de conduite. 

Par contre, l’effet de la fatigue se manifeste chez tous (avec ou sans apnée du sommeil) sur les résultats obtenus à partir du simulateur de conduite. De plus, l’effet de la fatigue sur le maintien de la trajectoire se révèle plus fort chez les personnes atteintes d’apnée du sommeil par rapport à celles qui n’en sont pas atteintes, et cet effet apparaît alors que la tâche de simulation progresse au cours du temps.

Ces résultats justifient l’importance de recommander aux conducteurs de prendre des pauses fréquentes pendant de longs voyages, et la pertinence d’augmenter la signalisation routière à cet effet. De plus, les gens souffrant d’apnée du sommeil devraient être informés de leur plus grande sensibilité aux effets de la fatigue, particulièrement lors de longs trajets. »

Chercheur principal – Lauréat

Eva Libman – Hôpital général juif – SMBD

Montants accordés

  • 2011-2012 : 56 670 $
  • 2012-2013 : 52 715 $ 
  • 2013-2014 : 40 615 $ 
  • Somme additionnelle allouée dans le cadre du Programme de dégagement d’enseignement de chercheurs de collèges (CHC) : 109 000 $

Dépôt du rapport final : 30 juin 2015