Petite histoire de la SAAQ

Version accessible

1906

Une histoire qui commence avec Q-01

La Ville de Montréal immatricule la première automobile du Québec : une De Dion-Bouton appartenant à M. Ucal-Henri Dandurand. La plaque est peinte directement sur la carrosserie et porte la référence Q-01. Comme on l'imagine, l'effet « Dandurand » se propage rapidement.

À la fin de l'année, 167 automobiles sillonnent la ville au milieu des tramways, des voitures à cheval et des piétons. L'Assemblée législative adopte la Loi concernant les véhicules moteurs. Le permis de conduire a comme seule utilité de permettre d'identifier les automobilistes. L'enregistrement des véhicules est obligatoire, mais la plaque n'est pas fournie : il faut la fabriquer!

1910

Les premiers « tickets »

Certains automobilistes ont la tête dure! Ils devraient tout de même savoir que les voitures à cheval ont priorité et qu'il y a des limites à ne pas franchir! Pour leur faire entendre raison, on nomme des « officiers de vitesse » pour distribuer les premiers « tickets » au Québec.

1924

Le premier Code de la route

Il y a au moins 100 000 véhicules sur les routes du Québec, déjà! Avec ses hautes pattes et sa vitesse de pointe de 80 km/h, la Ford T, surnommée l'Araignée noire ou la Tin Lizzie, a particulièrement la cote. Pour établir une signalisation complète et homogène, on rédige donc le premier Code de la route.

1938

Un bilan routier qui laisse songeur

En 1938, il y a 455 000 véhicules immatriculés au Québec. La vitesse, l'alcool et la conduite hasardeuse et téméraire des conducteurs causent plus de 10 000 accidents et font 402 victimes. C'est considérable, comparativement au nombre de véhicules en circulation sur les routes. Conséquence? Le Code de la route s'étoffe de chapitres sur la conduite en état d'ébriété, les délits de fuite et la conduite dangereuse.

1952

Les premiers permis de conduire

Le gouvernement Duplessis met en place le ministère des Transports et des Communications, qui s'attaque à la « compétence des conducteurs, des chauffeurs et des mécaniciens en véhicules automobiles » qui pouvaient jusque-là prendre la route en faisant fi des panneaux et des règles élémentaires de prudence. En 1955, les aspirants automobilistes doivent passer un examen de conduite pour obtenir leur permis de conduire. Certains racontent qu'il fallait être de mauvaise foi pour rater cette épreuve.

1976

Les passagers doivent la boucler

Jusqu'à cette année, l'usage de la ceinture était strictement limité à faire tenir les pantalons. Fort heureusement, en 1959, un ingénieur de chez Volvo, Nils Bohlin, a la brillante idée d'inventer la ceinture de sécurité en trois points de fixation, contribuant à assurer la protection des automobilistes. En 1976, la loi rend obligatoire le port de la ceinture de sécurité au Québec pour les passagers assis à l'avant du véhicule. En 1990, elle obligera ceux de la banquette arrière à « la boucler », eux aussi!

1978

L'instauration d'un régime d'assurance automobile unique au monde

À l'instigation de Mme Lise Payette, « la » ministre des Consommateurs, Coopératives et Institutions financières, le régime public d'assurance automobile du Québec entre en vigueur. Ce régime permet d'obtenir compensation pour les pertes financières résultant des dommages corporels subis dans un accident de la route à titre de conducteur, de passager, de piéton, de cycliste ou de motocycliste, que l'accident ait lieu au Québec ou ailleurs dans le monde, et sans égard à la responsabilité (no-fault).

Création de la Régie de l'assurance automobile du Québec

La mise en place du régime public d'assurance automobile entraîne la création de la Régie de l'assurance automobile du Québec. À cette époque, la Régie compte environ 400 employés pour servir la population du Québec qui, elle, en est déjà à 6 millions et demi d'usagers potentiels de ses services…

Je me souviens de… La belle province

« La belle province », appellation qui orne les plaques d'immatriculation depuis 1963, fait place à la devise du Québec « Je me souviens », une initiative de la ministre Lise Payette.

1980

Le Bureau des véhicules automobiles passe à la Régie

Au mois de décembre, l'Assemblée nationale incorpore le Bureau des véhicules automobiles (BVA), qui était sous la responsabilité du ministère des Transports, dans la Régie de l'assurance automobile du Québec. Le BVA était l'organisme responsable de la délivrance des permis de conduire et de l'immatriculation des véhicules.

1982

Entrée en vigueur du nouveau Code de la sécurité routière

Les spécialistes y travaillaient d'arrache-pied depuis plusieurs mois, et le résultat est à la hauteur des efforts fournis : le nouveau Code de la sécurité routière est particulièrement enrichi. Il prévoit une hausse importante des amendes, la révocation du permis de conduire et des mesures renforcées pour pénaliser la conduite avec les facultés affaiblies.

1985

L'alcool au volant : désormais puni au criminel

À compter du 4 décembre 1985, le Code criminel punit sévèrement les conducteurs qui se promènent sur les routes avec les facultés affaiblies par l'alcool ou la drogue. En plus des amendes et du retrait du permis de conduire pour 3 ans, les contrevenants perdent beaucoup de liberté en raison de leur casier judiciaire, sans compter qu'ils peuvent aussi être condamnés à une peine d'emprisonnement.

1990

La Régie de l'assurance automobile devient… la SAAQ

La Régie de l'assurance automobile du Québec devient la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ), une société d'État mandataire du gouvernement. Son modèle de gestion intégrée, qui recouvre à la fois la prévention, le contrôle, l'indemnisation et la réadaptation, est unique au monde.

Entrée en vigueur de la nouvelle Loi sur l'assurance automobile

Tout en maintenant les fondements du régime, la nouvelle Loi sur l'assurance automobile établit un meilleur équilibre en éliminant les sous et surdédommagements de certaines catégories de victimes de la route. Les grands blessés sont justement indemnisés, et l'administration du régime est simplifiée.

1991

Contrôle routier Québec se joint à la SAAQ

À partir du 23 janvier, la SAAQ assume officiellement le mandat de surveillance et de contrôle du transport routier des personnes et des marchandises par l'intermédiaire de son agence, Contrôle routier Québec.

1997

L'étau se resserre autour des contrevenants

Le 1er décembre 1997, le Code de la sécurité routière devient plus sévère pour ceux qui conduisent avec les facultés affaiblies ou qui s'aventurent sur la route sans être titulaires d'un permis de la classe appropriée. Pour les conducteurs qui ont consommé drogue ou alcool : suspension immédiate du permis de conduire, installation d'un dispositif détecteur d'alcool, participation obligatoire à un programme de réhabilitation, le tout assorti d'une amende. Bref, des conséquences majeures!

2003

Le virage à droite au feu rouge

L'entrée en vigueur du virage à droite au feu rouge permet au Québec d'harmoniser ses règles de conduite avec celles du reste de l'Amérique du Nord. Cette manœuvre, qui demeure un « privilège », s'accompagne de plusieurs responsabilités, obligations et interdictions importantes… entre autres, celle de ne pas klaxonner un conducteur qui ne veut pas tourner à droite au feu rouge.

2004

Création du Fonds d'assurance automobile du Québec

Depuis 1982, les sommes perçues en contributions d'assurance se révélaient insuffisantes, causant un déficit qui s'accumulait d'année en année. Pour résorber ce déficit et assurer la pérennité du régime d'assurance automobile du Québec, le gouvernement met en place le Fonds d'assurance automobile du Québec et attribue à la SAAQ les responsabilités de gestionnaire de cette fiducie.

2006

La SAAQ s'attaque à l'insécurité routière

L'Assemblée nationale proclame que l'année 2007 sera celle de la sécurité routière. En prévision de cette année, et conformément à son plan stratégique, la SAAQ prépare une vaste campagne qui a pour but de rendre inacceptable l'insécurité routière pour la population. Et pour renforcer ses actions, elle signe une entente avec les représentants de tous les services policiers du Québec.

2007

L'Année de la sécurité routière

Le Gouvernement du Québec fait de 2007 l'Année de la sécurité routière. Chaque année au Québec, environ 50 000 personnes sont blessées et 700 autres sont tuées dans des accidents de la route. Outre les conséquences humaines, ce bilan occasionne des coûts sociaux et des dépenses d'indemnisation importants. Des actions concertées de tous les partenaires et une présence soutenue des policiers sur le terrain entraînent une diminution significative du nombre de personnes tuées ou blessées gravement.

Aujourd'hui…

La SAAQ est un organisme gouvernemental qui relève du ministre des Transports. Dirigée par un conseil d'administration, elle est chargée de l'application de la Loi sur l'assurance automobile et du Code de la sécurité routière.

La présidente et chef de la direction, Mme Nathalie Tremblay, voit à ce que les activités et mandats de la SAAQ soient en accord avec sa mission.

La SAAQ, c'est plus de 3 600 employés répartis dans tout le Québec qui, chaque jour, ont à cœur de protéger la personne contre les risques liés à l'usage de la route.